Les murettes des vignes dans les Corbières (Aude, 11)

Durban et Villesèque

Article n°1

Auteur  : Julien Salette

Note de l’auteur : Tant de murettes restent encore à inventorier que d’autres articles sur ce sujet suivront. C’est pourquoi cet article porte le numéro 1.

Qui a dit que la région Occitanie n’était pas une région de plâtre ? Lors de ma dernière prospection dans les Corbières (mars 2017), j’ai observé dans les Corbières deux murettes bâties en bloc de gypse selon la technique de la pierre sèche sans mortier.

Sur le plan technique, les blocs de gypse sont bâtis à sec. Avec le temps (plusieurs décennies), le gypse situé sur la partie supérieure du mur se dissout et se re-cristallise dans la maçonnerie solidifiant ainsi le tout.  Avec le temps, la murette de gypse devient donc de plus en plus solide.Les murettes en blocs de gypse sont bâties à sec, les pierres sont disposées classiquement à plat sauf la partie supérieure qui couronne la murette dont les blocs sont disposés de champs. Comme l’a signalé Monsieur Arié de Durban, ces murettes semblent séparer et délimiter les parcelles de vignes. Elles ont une fonction de clôture et ne servent pas à la réverbération du soleil et de la chaleur comme c’est le cas pour les « murs à pêches » en plâtre à Montreuil près de Paris. En effet, l’ensoleillement des Corbières est bien suffisant pour se passer des qualités d’inertie thermique du plâtre.

Le choix du gypse résulte de la proximité du matériau gypse dont les gîtes et les carrières flirtent avec la vigne dans cette région. La présence d’un matériau proche, peu coûteux a donc motivé ces réalisations.

Ces murettes en gypse n’ont jamais été protégées alors que ce type de construction est très rare en France. Ainsi, de nombreuses murettes ont été détruites au bulldozer pour l’aménagement des parcelles de vignes depuis les années 70. Je signale donc deux sites mais combien de murettes restent encore à découvrir à Durban, Villesèque, Saint-Jean de Barrou ou ailleurs dans les zones riches en gypse des Corbières?

Durban (11) :

murettescorbieres2

 

murettescorbieres3I

 

murettescorbieres4

 

 

murettes corbieres 5

 

Ici, c’est un ensemble de murettes situées après le « col del geys » (Col du plâtre). L’ensemble se compose d’une murette de plus de 30 mètres séparant une parcelle de vigne de l’ancienne route-fossé (pour la circulation des charrettes et l’écoulement des eaux pluviales). Cette murette est clôturée par une cabane carrée bâtie de la même manière en bloc  de gypse bâtis à sec. Cette cabane est prolongée d’une seconde murette (20 mètres de long)  qui forme un angle droit avec la première et sépare la même parcelle de vigne d’avec une ancienne plâtrière. La murette de séparation entre la carrière et la vigne délimite deux espace, l’un est destiné à la culture de la vigne, l’autre a été comblé de blocs de gypse et donc impropre à la culture. Est-ce un quai de stockage du gypse avant la cuisson ?

 

Villesèque des Corbières (11) :

murettecorbiered6

 

murettecorbieres7

Une murette d’une vingtaine de mètres située à l’entrée du village en venant de Durban sépare une parcelle de vigne d’un fossé jouxtant la route goudronnée qui mène au village. La couleur des blocs de gypse est brun clair ou gris, couleur typique de la carrière de gypse située à la sortie du village.

Le terroir agricole : un espace de circulation

Les murettes témoignent du besoin de clôturer des espaces empruntés par de nombreux acteurs : pastoralisme, viticulture, transports…. Creusées dans la pierre à plâtre, des traces de roues de charrettes sur un affleurement de gypse à Durban représentent un témoignage rare de la circulation de pondéreux en charrette dans cette région.

murettescorbieres8

 contact@vieujot.com ou 0139892048