Inauguration de la Salle des Gypseries 

Dimanche 27 Août 2017

par Les Amis du Château de Cascastel

Tout a concouru pour faire de cette journée d’inauguration une réussite, et ce fût le cas. Même le ciel légèrement voilé s’est montré favorable et c’est dans le cadre ombragé de la place de l’église, devant la façade retrouvée du Château, que la journée s’est déroulée dans les meilleures conditions pour les trois cent invités que la municipalité avait conviés.

C’est donc devant un public nombreux qu’Hervé Baro, Vice Président du Conseil Départemental et Danièle Hérin, Députée « En Marche » ont coupé le ruban.

 cascastelgroupe

De gauche à droite: Francis Hillmeyer, Hervé Baro, Max Saury, Danièle Hérin, Didier Casato, et Michel Maïque.

 

Mr Didier Casato, Maire de Cascastel, devait ensuite rejoindre la tribune et prendre la parole en premier pour accueillir ses hôtes : Hervé Baro, Vice Président du Conseil Départemental, Michel Maïque, Président de la CCRLCM, Danièle Hérin, Députée « En Marche » de notre circonscription, Max Saury, Président de la Cave des Maîtres Vignerons, ainsi que Francis Hillmeyer, Maire de Pfastatt, ville jumelée avec Cascastel.

 Après avoir souhaité la bienvenue à tous, et dressé un rapide historique de ce Château, il devait saluer le savoir faire des entreprises  et des artisans d’art qui sont intervenues sur le Château.

Il devait ensuite remercier les institutions ayant apporté leur concours financier qui ont rendu possible cette restauration tant espérée par les défenseurs de ce projet et mettre en avant l’association des Amis du Château qui abonde de trente mille euros la part de financement restant à la charge de la commune.

 Hervé Baro, Vice Président du Conseil Départemental devait ensuite rappeler qu’il avait contribué à cette action de sauvegarde du patrimoine  et que la commune pouvait compter sur lui pour la poursuite de la réhabilitation du Château.

 La parole était ensuite à Max Saury, Président de la Cave des Maîtres Vignerons, qui a offert le vin  dont on avait besoin pour cette fête.

 Les discours furent clôturés par l’intervention de Mme Danièle Hérin, Députée de notre circonscription qui promit également de soutenir l’action de developpement touristique engagée par la municipalité.

 

Puis vinrent les visites de la salle des Gypses, les « officiels » d’abord, puis le public par petits groupes. En effet le précieux décor de gypseries restaurées est fragile et les dimensions de la salle, réduites.

 cascastelmairieDanièle Hérin à gauche, Hervé Baro au centre, entouré de Didier Casato et Michel Maïque.

Cette salle des gypses, orientée nord-est, est appelée « salon du levant »  dans les inventaires de la période révolutionnaire. Son ornement de gypseries est entièrement « rocaille », style exubérant qui atteint son apogée à la fin de la première moitié du 18ème siècle. Dès les premières décennies de son existence, cet ornement de gypseries a connu plusieurs campagnes de décoration, passant du blanc ivoire au doré, puis complété par une polychromie généralisée qui est un chef d’œuvre en soi.

Un chef d’œuvre qui n’existe pas, car on connaît à ce jour aucune autre gypserie polychrome du 18ème siècle. Ce n’est que plusieurs analyses  des strates de pigments et un bon nettoyage qui ont permis d’établir la datation et la présence de cette polychromie sur l’ensemble du décor.

Au 18ème siècle, l’ambiance rocaille commençait sur la place de l’église avec le portail monumental détruit dans les années 1970. Comme les encadrements de la façade restaurée dans son équilibre du 18ème siècle, il était construit en calcaire alvéolé et supportait un fronton en forme de chapeau de gendarme qu’on retrouve au dessus de l’entrée du château ainsi qu’au dessus des portes de la salle des gypses.

C’’est donc une restauration de grande ampleur qui a été menée à partir de 1734 par la nouvelle propriétaire du Château, Marie Thérèse de Ros, fille du Comte de San Féliu, Veuve de gaspard de Gléon, baron de Durban, et veuve de Gaspard Pailhoux, médecin des Etats de Languedoc.

La scène principale de ce décor de gypseries se situe face à la cheminée et elle encadre un grand miroir doré. A son point focal, on découvre une effigie féminine qui porte en diadème un croissant de lune. Ce diadème est caractéristique de la représentation féminine en Diane dans la première moitié du 18ème siècle.

Les attributs de la déesse de la clarté lunaire, de la famille plus connue comme déesse de la chasse sont distribués à l’entour, oiseaux, chiens, arcs, flèches. De nombreux végétaux, feuilles et fleurs, s’y ajoutent pour former un tableau foisonnant.

cascastelcadreLa demeure de Diane

Cette représentation échevelée de la nature est certes caractéristique du style rocaille qui s’en inspire  librement, mais elle peut être aussi le reflet augmenté du cadre dans lequel on se trouvait au 18ème siècle avec la végétation de la rivière proche, le moulin à eau face aux fenêtres et les jardins acquis et crées par Marie Thérèse de Ros.

Le public a largement témoigné de son émerveillement en entrant dans ce « salon du levant » que beaucoup avaient connu dans un grand état de saleté et de délabrement. La restauration des sculptures en gypse est l’œuvre de Pierre Mangin, Artisan d’Art, stucateur, et la réhabilitation du décor peint est l’œuvre de Paola Casaccio et Mirella Biancavilla (Biorestauro) restauratrices et décoratrices.

 

Après les visites, place, sous les platanes, à l’apéritif dînatoire préparé par le Corbièrou qui a fait l’unanimité. Les réjouissances se ont poursuivies en musique jusqu’à la tenue du Chapitre de la Mesnie du Fitou au cours duquel quatre nouveaux chevaliers furent reçus.

Le premier promu fut Pierre Mangin, de Toulouse,  qui se dit « plâtrier », mais qui n’en est pas moins l’auteur émérite de la restauration des magnifiques reliefs de gypses qui ornent notre château. Il accomplit superbement les épreuves d’admission.

Le second fut Pascal Buob, de Pfastatt, ville jumelée avec Cascastel.

Ensuite ce fut au tour de Jean François Bonnet, de Cascastel,  d’accomplir le rituel.

Enfin, ce fut Didier Casato, Maire de Cascastel, qui reçut à son tour les insignes ce chevalier du Fitou et s’engagea es qualités à soutenir la viticulture locale.

 

cascastelinauguratiionLa promotion 2017 à Cascastel: de gauche à droite, Didier Casato, Maire, Pierre Mangin, stucateur, Pascal Buob, de Pfastatt et JF Bonnet de Cascastel.

 

Au terme de cette journée bien remplie, la chaleur et les « petits fours » aidant, vint le moment de se séparer après avoir vécu un moment exceptionnel.

 Ce n’est en effet pas si fréquent, que l’on fête le sauvetage d’un ouvrage historique et artistique qui n’a pas d’équivalent connu. La participation du public, sur inscriptions, a été à la hauteur de l’évènement, ce qui démontre l’enracinement social de cette volonté de préserver un patrimoine dont on avait oublié la grandeur.

 

cascastelgroupe2

 Les Amis du Château, qui, se positionnent dans leurs statuts comme aux côtés de la municipalité pour apporter leur aide, exercent, depuis leur création en 1991, un rôle qui n’est pas le moindre, ni le plus facile à assumer, celui d’éclaireurs de l’histoire du village et d’incitateurs à en sauvegarder les traces qui en demeurent.

Ils ont porté dans la durée et contre des vents pas toujours favorables, l’idée de la faisabilité de cette restauration.

Nous rendons ici hommage à ceux qui sont partis pour d’autres cieux sans avoir vu les fruits de leur persévérance : Roger Philippe, Jean Claude Legay, Maggie Comley.

 

La  magnifique restauration du « salon du levant » est une première étape, et pour poursuivre, obtenir des aides, le concours de tous, sans exclusion, ni monopole, ne sera pas de trop.

 La visite de la salle des gypses sera possible à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, le Dimanche 17 Septembre de 10h à 12h et de 14h à 18h.